• Le terme "fête".




    FÊTE
    n. f. XIe siècle, feste. Issu du latin festa, de même sens, neutre pluriel (pris comme féminin) de l'adjectif festus, « en fête ».

     
    I. Jour consacré à une célébration ; cette célébration elle-même. 1. Jour consacré à une célébration religieuse particulière ; ensemble des cérémonies qui ont lieu à cette occasion. Fête solennelle. Les fêtes religieuses de l'Antiquité. Les païens célébraient la plupart de leurs fêtes par des sacrifices et des jeux. Fêtes chrétiennes, juives, musulmanes. RELIG. CHRÉTIENNE. La fête de Noël, de Pâques. Fête mobile, dont la date varie en fonction de celle de Pâques, par opposition à Fête fixe. Fête du Saint-Sacrement, plus couramment appelée Fête-Dieu. Fête carillonnée, fête solennelle, annoncée autrefois dès la veille par des carillons. Fête double, où l'on récitait les antiennes en entier, avant et après chaque psaume. La fête patronale d'une église, d'une corporation, le jour où l'on fête le saint sous la protection duquel est placée l'église, la corporation. La Saint-Vincent est la fête des vignerons. La fête de sainte Catherine ou, ellipt., la Sainte-Catherine, ensemble de réjouissances traditionnellement organisées le 25 novembre, en l'honneur des jeunes filles célibataires atteignant vingt-cinq ans. La fête d'une personne, le jour où l'on fête le saint dont elle a reçu le nom lors de son baptême et, par ext., le jour de son anniversaire. Souhaiter bonne fête à quelqu'un. Expr. fig. et fam. Cela n'arrive qu'aux fêtes carillonnées, rarement. Par anal. Fêtes des fous, fêtes médiévales au cours desquelles on parodiait les cérémonies de l'Église. Le repas de fête de la Saint-Charlemagne, qui était offert, à la fin du mois de janvier, aux meilleurs élèves d'un établissement d'enseignement. 2. Jour consacré chaque année à la commémoration d'un évènement historique, à la célébration d'un héros national, etc. Célébrer une fête nationale, une fête anniversaire. En France, le 14 Juillet est, depuis 1880, la fête nationale. La fête de Jeanne d'Arc. Fête du Travail, de la Victoire, de l'Indépendance. Fête légale, déclarée jour férié par la loi. Par anal. Jour de l'année au cours duquel sont organisées des manifestations publiques ou privées en l'honneur de quelqu'un ou de quelque chose. La fête des mères. Fête des fleurs, des vendanges. 3. Au pluriel. Période où se succèdent deux ou plusieurs jours de congé. Les fêtes de Noël, de Pâques. Les fêtes de fin d'année ou, ellipt., les fêtes, la période comprenant Noël et le nouvel an. Passer les fêtes en famille. Souhaiter de bonnes fêtes à quelqu'un.

     
    II. Manifestation de liesse, réjouissance, célébration publique ou privée. 1. Souvent au pluriel. Réjouissances publiques qui ont lieu pour une occasion extraordinaire. Les fêtes d'un sacre. Les fêtes du mariage de Louis XIV. La fête s'acheva par un feu d'artifice. 2. Réjouissance publique qui a lieu occasionnellement ou à intervalles réguliers. Fête de village. Fête foraine. Fête champêtre, aérienne, nautique. Demain sera jour de fête au village. La fête annuelle de l'école. Le comité des fêtes, la salle des fêtes d'une commune. 3. Réjouissance organisée pour une assemblée privée. Organiser une fête entre amis. Vous serez tous de la fête. Une fête de famille. Repas, banquet de fête. Fête enfantine, costumée. BX-ARTS. Fête galante, représentation picturale d'une assemblée galante de personnages costumés, dans un décor champêtre. « L'Embarquement pour Cythère », de Watteau, la « Fête à Saint-Cloud », de Fragonard, sont des fêtes galantes. Titre célèbre : Fêtes galantes, de Paul Verlaine (1869). 4. Par ext. Toute occasion de réjouissance, de plaisir. Ce voyage fut une fête pour les enfants. Par anal. Ce spectacle est une fête pour les yeux. Sa conversation est une fête pour l'esprit. 5. Expr. et loc. Être en fête, se dit d'un lieu où se célèbrent des réjouissances. Le village est en fête. Prendre, avoir un air de fête, une apparence riante et animée. Être de la fête, y prendre part. Le héros de la fête, la reine de la fête, la personne en l'honneur de laquelle on donne une fête, ou celle qui est la plus remarquée, la plus entourée. Troubler la fête, troubler la joie, les plaisirs d'une réunion. Trouble-fête, voir ce mot. Triste comme un lendemain de fête. Spécialt. Faire la fête, mener une vie de plaisirs, et, plus récemment, célébrer joyeusement un évènement. Fig. Avoir le cœur en fête, se sentir gai et heureux. Faire fête à quelqu'un, l'accueillir avec chaleur, manifester de la joie à le voir. Le chien fit fête à son maître. Se faire une fête de quelque chose, en attendre beaucoup de plaisir, de joie. Fam. Il ne s'était jamais vu à telle fête, à pareille fête, n'avait jamais connu de situation plus heureuse. Ne pas être à la fête, être dans une situation désagréable, embarrassante. Par antiphrase et pop. Faire sa fête à quelqu'un, le réprimander ou le malmener, le rosser. Ça va être sa fête, il va passer un mauvais moment. Expr. proverbiale. Ce n'est pas tous les jours fête, on ne s'amuse pas tous les jours.


  • Commentaires

    1
    professional
    Vendredi 4 Août à 08:51

    Hello! Take a look at the charm and beauty of our professional website, where you will be able to find a lot of interesting things! It's possible to become smart with us! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :